Écrire un texte pour être lu ?

un livre

des livres pour partager de l’espoir

Nous apprenons à lire et à écrire dès l’école primaire après avoir commencé à imiter nos parents par le verbe. C’est tout un apprentissage !

Être capable de lire c’est pouvoir comprendre les mots et les phrases qui tentent de vous passer quelque chose, que ce soit un savoir ou une émotion. Parfois il s’avère nécessaire de relire pour bien comprendre.

Être capable d’écrire c’est pouvoir aligner des lettres qui vont constituer des mots qui ont un sens commun, puis de les assembler en phrases qui vont exprimer une information, une opinion, un état d’âme.

Comment donc faire pour se faire comprendre ?
Ce n’est pas toujours évident.

De la communication primaire à la communication évoluée

D’abord les cris pour avertir d’un besoin :

  • le cri du nouveau né qui se décharge de la pression subie lors du passage dans le col de l’utérus et est confronté à l’air entrant dans les poumons, ou qui, va savoir, traduit la peur d’une immersion dans un monde nouveau, froid et le séparant de sa mère
  • les criaillements qui manifestent la faim
  • les cris qui marquent la douleur

Ensuite les manifestations de solitude :

  • les grognements qui attirent les regards et les attentions
  • les plaintes qui affichent les manques

Enfin les agressions pour survivre :

  • les invectives qui accusent de colère
  • les dénigrements qui déstabilisent
  • les accusations infondées qui détruisent

Au delà les soutiens et les affections

  • les mots pour entendre
  • les attentions pour encourager
  • les affections pour les élans du cœur

Nous disposons ainsi de toute une panoplie d’outils innés ou acquis pour se faire entendre.

Le verbe au delà du verbal

Loin de nous ou loin du cœur, la communication verbale de proximité est impuissante. L’écrit est venu la compléter pour transmettre à distance par cavalier ou pigeon voyageur les intentions et les demandes des uns envers les autres. Aujourd’hui les applications numériques pourvoient à des transmissions quasi instantanées.

Les intonations n’y sont pas en réalité mais peuvent être approchées par les rythmes, les exclamations. Il s’agit de faire chantonner les phrases et leurs pauses puis leurs relances. La dynamique supplée à l’éloignement des individus.

La lecture nous offre plus que la simple compréhension des messages et des idées, elle nous procure aussi ce mouvement que l’on accompagne des ses réactions par similitude ou opposition. On s’y retrouve ou bien l’on trouve les affirmations déplacées. Des suggestions sont avancées et font pétiller notre esprit, des prises de position sont affichées et font résonner notre âme. C’est notre présence qui répond aux échos venus d’ailleurs.

Le verbe ne peut être du verbiage, il engage toujours son auteur ainsi que le lecteur réceptif.

Un partage intime ou une diatribe généreuse

S’adresser à quelqu’un c’est le reconnaître et lui manifester un intérêt quel qu’il soit, lui solliciter une compétence pour satisfaire un besoin, ou lui marquer de l’affection. C’est une acceptation de l’autre dans ses particularités et dans ses différences.

  • Chuchoter pour dire doucement ce qui traduit des élans intimes, pour échanger des secrets sentimentaux, pour établir un lien ténu entre celui qui se livre et celui qui entend avec son cœur autant qu’avec sa tête.
  • Exposer des arguments avec fougue pour partager une conviction, un attachement à une thèse ou à une vérité. C’est un don à autrui de ses échafaudages et de ses raisonnements. Un esprit ouvert au partage est utile pour bien entendre et avoir le courage d’apporter une vision différenciée.

Mais rien n’est fini, tout est équilibre évolutif.

Le pouvoir des mots

Attention, la façon de dire risque d’imposer un état d’esprit, une certitude qui manifeste notre angle de vue.

En verbal comme à l’écrit, l’assemblage des mots propulse un sens qui assomme ou qui rassure.

Écoutez cette petite anecdote sur l’influence du langage sur le comportement des individus.

Du sens caché ou affiché des expressions

Que recherchons nous dans la communication sinon à nous faire connaître ou à donner plus de sens à nos présentations.

Comment faire comprendre ce que nous voulons transmettre si ce n’est en expliquant de façon suffisamment détaillée pour être précis, ou au contraire en survolant les détails pour ne pas prendre les participants pour des idiots et les lasser avant d’avoir terminé.

A chaque fois la bonne méthode résulte de l’observation des parties intéressées et d’une capacité d’adaptation pour simplifier ou décomposer les enchaînements.

Dire à demi-mots ou expliciter relèvent des moyens d’expression mis à notre disposition parmi lesquels il nous faut choisir à bon escient.

Écrire un texte

Le papier noirci laisse des traces durables. Formaliser ses idées au travers de textes travaillés conduit à une meilleure description de messages plus précisément significatifs de nos pensées. Les corrections sont possibles avant l’envoi. La relecture assure de corriger ses fautes d’orthographe ou de grammaire, c’est un peu prendre soin du lecteur, mais aussi l’amélioration des ses formulations pour qu’elles soient plus véridiques.

Écrire une histoire, c’est des images transformées qui rendent plus concrètes les visions particulières dans un cadre et un instant définis.

Mais comment faire pour parvenir à ses fins ?

Un nouvel article pour une application pratique…

Ce contenu a été publié dans Lecture, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Écrire un texte pour être lu ?

  1. Patrick dit :

    Merci bien Alessia.
    Je trouve aussi que la connaissance des bonnes règles de français que vous détaillez sur votre site sont bien utiles pour une communication plus précise entre les individus.
    L’usage d’un langage commun permet de se mieux comprendre.

  2. Alessia Vonau dit :

    Bonjour,
    bravo pour cet article, qui me touche beaucoup !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

CommentLuv badge